samedi 3 mars 2012

Focus sur l’Allemagne


Dans le nouveau contexte où les pays européens membres de l’Union Européenne vont devoir collaborer, on se demande parfois quelle est la politique spécifique qui est encore menée aujourd’hui par chacun d’entre eux. C’est la raison pour laquelle il me semble intéressant de prendre les pays les uns après les autres, en s’appuyant sur des actualités  qui possèdent un sens symbolique ou montrent en tout cas des évolutions frappantes.




Des salons aux offres nationales

Les professionnels du tourisme européen vont se retrouver à l’ITB de Berlin du 7 au 11 mars prochain. Mais en même temps, il ne s’agit pas que d’un rendez-vous pour les professionnels. Les deux dernières journées sont ouvertes à tous. Compte tenu des enjeux industriels, on ne peut pas s’attendre à ce que la page d’accueil cherche à mettre en avant des messages pointus. Le soleil, les îles, le surf, les déserts, les pyramides et les minarets, les temples grecs et les ruines romaines constituent les coiffures à la mode. Une mode qui date quand même de plusieurs années. On y attend 170.000 visiteurs. Tout un monde, autrement dit où, sans repères et sans soutien une offre pointue disparaît, encore plus qu’à Madrid ou Milan.

Travel & Tourism accounts for 258 million jobs globally. At US$6 trillion (9.1% of GDP) the sector is a key driver for investment and economic growth and at a global level. It is larger than the automotive industry at 8% GDP, and just smaller than banking at 11%. Our key challenge in the industry is to stimulate jobs and investment, eliminating barriers to travel such as visa restrictions, taxation, and outmoded infrastructure systems. I am confident that these issues will be addressed at Europe’s premier travel trade fair - ITB Berlin. It is the key place to learn about new trends, market developments, and to deepen existing business relations”, affirme d’emblée David Scowsill, President & CEO, World Travel & Tourism Council. C’est en effet une réalité prégnante face à laquelle se sont développées des actions de conseil et des séminaires en ligne. Tout un business, autrement dit.



Toutefois, à côté des grands marchés de l’exotisme et de la croisière, du b to b et du tourisme de congrès, il reste des niches pour le tourisme culturel. Le discours n’est certes pas très élaboré et même assez convenu mais l’espace existe : “For a growing number of people culture represents a main motivation for their holiday decision. Therefore, cities and regions increasingly use the possibility to highlight their cultural offers to draw tourists also during low season to their destinations. Cultural tourism plays a decisive role to increase the touristic capacity utilisation. ITB Berlin is also taking this topic into account. Therefore, national as well as international exhibitors present their services and products of this particular segment to the public and trade visitors in hall 10.2.Par ailleurs l’écologie et les exigences environnementales ont fait plus que percer. Elles constituent une nécessité incontournable. Segment réel du marché, ou simple affichage ?  : “ECOtourism stands for a touristic reorientation. It centers travel products which make a contribution to the protection of the environment and to the well-being of the guest population. Qualitative high-value journeys which allow sensual nature experiences and a personal insight into the culture of the guest country. ECOtourism offers an international panel and an advertising platform for products, offers, and concepts that target a sustainable development in tourism.


Mais revenons à la destination allemande. Le moins que l’on puisse dire est que l’état fédéral est optimiste : «En 2011 la destination Allemagne a battu son record de l’année dernière et enregistré 63,6 millions de nuitées de touristes étrangers. Avec 330,3 millions de nuitées de touristes allemands, l’Allemagne reste la destination préférée des Allemands. Nous souhaitons dépasser la barre des 400 millions de nuitées» déclarait Ernst Burgbacher, secrétaire d’Etat parlementaire après du ministère fédéral de l’économie et de la technologie, en charge des classes moyennes et du tourisme. Tandis que Pétra Hedorfer, directrice de l’Office national ajoutait : «Ainsi en 2011 l’Allemagne est, avec une croissance d’environ 5%, la seconde destination préférée des Européens, juste après l’Espagne (environ 10%). D’après les données provisoires d’IPK international, ce résultat lui permet de creuser l’écart avec la France (environ 2%).» Dans un esprit d’entente cordiale européenne, voilà donc la France prévenue.

Justement, le site de l’Office national du tourisme, dans sa version française se pare des couleurs de la culture et de la nature et dispose même d’un blog spécialisé pour la présentation des actualités culturelles et muséographiques. Je conseille à chacun de le visiter régulièrement. Avec le site du CIDAL et les informations régulières que je donne sur mon profil facebook, c’est un bon moyen de suivre l’actualité culturelle, si on se fonde sur l’événementiel pour organiser un voyage. Explorez-le, cherchez y les villes et les sites. On peut même se demander à un certain moment s’il ne s’agit pas plus d’un site de valorisation patrimoniale qu’un site de services touristiques. On comprend par contre cette réserve et cet esprit généraliste quand on sait que ce sont les Länder qui sont maîtres de leur politique touristique. Ce qui veut dire par conséquent que l’on doit explorer région par région pour aller dans le détail. Ce que nous ne manquerons pas de faire dans les mois à venir, en fonction des événements en cours.


Parc de l'Eifel

Le patrimoine au premier plan

Rien d’étonnant donc, dans cet esprit fédéral à ce que l'office du tourisme mène, jusqu'au 15 mars, une enquête visant à établir les 100 sites touristiques préférés des visiteurs étrangers en Allemagne. Traduite en 26 langues, cette enquête est accessible depuis le site Internet et depuis Facebook. Les résultats seront utilisés pour développer une application pour smartphone. 

Complémentairement, depuis le 28 février, le ministère fédéral des Affaires étrangères présente l’exposition «Welterbe in Deutschland», qui illustre la beauté et la diversité des sites allemands classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet événement fait partie des festivités organisées à l’occasion du 40e anniversaire de la convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. «Préserver la culture et entretenir le Patrimoine mondial forge l’identité culturelle», a souligné de son côté Cornelia Pieper, ministre adjointe aux Affaires étrangères, en inaugurant l’exposition qui sera ouverte au public jusqu’au 13 avril 2012, du lundi au vendredi, de 10 à 20 heures.



Les chemins de traverse

Quoi d’autre ? Depuis que la commission européenne a mis en avant la pertinence du site mis en place par l’European Travel Commission, je ne manque pas de regarder la manière dont les destinations sont présentées. Dans la version française du site on peut ainsi lire : «L'Allemagne a tant de choses à vous faire découvrir. Facile à visiter tout au long de l'année, vous découvrirez des trésors culturels et des richesses de modernité. Le paysage de l'Allemagne est aussi diversifié que tout autre pays au monde. Depuis les stupéfiantes montagnes alpines qui abritent le Zugspitze, le sommet le plus élevé d'Allemagne avec ses 2.962 mètres, fournissant un domaine idéal pour les randonneurs en été et les skieurs et surfeurs en hiver; jusqu`aux 38 kilomètres immaculés de plages de sable doré sur l'Ile de Sylt et le Parc National de Wattenmeer au Nord. Ou encore la Forêt Noire, qui ne regorge pas seulement d'une faune et d'une flore odorante, mais aussi de mythes et légendes de fées et de lutins qui y résident. Les grandes villes allemandes ne manquent jamais d'enchanter les visiteurs curieux.» Je laisse les lecteurs juges de la pertinence de ces évidences et de l’imagination du style.

Si vous voulez aller plus loin, rendez-vous donc de préférence sur les sites des Länders et ne manquez pas de regarder des offres que les itinéraires culturels qui traversent l’Allemagne vous proposent.

Trois routes dont les initiatives sont nées en Allemagne et bénéficient d’un management dans leur pays, mais concernent de cinq à dix pays européens, représentent de très bons exemples d’un lien réel entre le patrimoine, la culture et l’économie touristique.  Il s’agit de l’itinéraire de la brique gothique, lié en grande partie aux Villes de la Hanse, de celui des forteresses de la Baltique et enfin de celui qui porte sur les théâtreshistoriques.


Opéra margrave de Bayreuth

Ne manquez pas bien sûr de visiter les sites web des itinéraires reconnus par le Conseil de l’Europe et dont certains, au-delà de leur remarquable pouvoir symbolique et des actions de citoyenneté européenne qu’ils savent mettre en œuvre, présentent des offres touristiques. Nous y reviendrons plus en détail. Il s’agit principalement de la Via Regia (voir site en anglais), de Transromanica qui comporte de réelles offres de tourisme alternatif, en particulier cyclable, des Villes de la Hanse dont les offres sont très dispersées et bien entendu des chemins pédestres, dont ceux vers saint Jacques de Compostelle, et depuis peu, du Nord de l’Allemagne vers Trondheim sur les routes de saint Olav.



Eglise de Jerichow - Route de l'art roman en Saxe-Anhalt

La mémoire au centre du jeu

Les routes sont ouvertes. Je suis resté volontairement assez classique et patrimonial, puisque le mot d’ordre fédéral est bien là…mais les innovations alternatives sont nombreuses et chacun peut prendre les chemins de traverse le long de l’Elbe en vélo, en parcourant les sites industriels de grands bassins sidérurgiques et miniers où se sont constitués des festivals et des musées, à l’intérieur même des grands halls des usines, pour ne pas parler des lieux du Bauhaus et des jardins historiques et contemporains qui ont su se relier par une route de rêve…le Gartentraüme.

Au fond la réunification de ce pays est récente. Le projet de la Via Regia, grande transversale venue d’Ukraine est une réponse fabuleuse à ce travail de reprise de mémoire qui continue chaque jour autant par des reconstructions, que par des expositions ou des centres qui explorent les archives les plus récentes ; celles de la période nazie, comme celles de la période communiste. Une ville comme Weimar, reliée à Buchenwald reste tout autant un symbole que la ville de Berlin réunifiée. Le tourisme de mémoire, comme le tourisme vers les racines, à la recherche des lieux de l’émigration est lui aussi un domaine que des associations et des villes ont su mettre en valeur.


 Maison de Hundertwasser à Magdebourg

Culture, vous avez dit culture ? «Rien ne fausse plus perfidement la figure de Goethe que l'image sereine que l'on s'en fait communément (en France du moins). Cette sorte de félicité suprême, où se maintenir impassible et souriant dans une région inaccessible aux orages, n'est pas la sienne. Son spinozisme ne va pas jusqu'à chercher à se soustraire aux passions… Au contraire, il s'abandonne d'abord à chacune, sachant s'en instruire, et ne cherche à s'en délivrer que lorsqu'elle n'a plus rien à lui apprendre. Son but, s'il en eut un autre que celui de vivre le plus possible, c'est de la culture, non le bonheur.». La phrase est d’André Gide.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire